Agalloch – Pale Folklore

Débuts fracassants

Groupe : Agalloch

Genre : Black metal forestier ; Folk metal pas dansant

Durée : 62 min 08 s

Date de sortie : 6 juillet 1999

Tracklist :

  1. She Painted Fire Across the Skyline 1 | 8:35
  2. She Painted Fire Across the Skyline 2 | 3:09
  3. She Painted Fire Across the Skyline 3 | 7:09
  4. The Misshapen Steed | 4:54
  5. Hallways of Enchanted Ebony | 9:59
  6. Dead Winter Days | 7:51
  7. As Embers Dress the Sky | 8:04
  8. The Melancholy Spirit | 12:27

Accompagner votre lecture

Critique

Pale Folklore est un chef d’œuvre.

J’ai longtemps cherché comment vous expliquer pourquoi je vous assène une telle sommité en début de critique, mais j’en reviens à la même conclusion à chaque écoute : mieux vaut en faire l’expérience soi-même. Après-tout, à quoi ça sert de faire une longue chronique vous énumérant les multiples qualités de ce petit bijou ? Le but, c’est d’attirer le lecteur, de lui donner envie de découvrir une musique (ou de le prévenir dans le cas d’un mauvais album). Si vous n’êtes pas encore partis vous procurer cette petite merveille, je peux toujours essayer de vous dire pourquoi je considère ce premier opus du groupe américain comme l’un des meilleurs albums de tous les temps (n’ayons pas peur des mots et allons-y franchement !).

Un logo que, dès 1999, il fallait garder en tête.

Mélange des genres

Cet album a tout. Une atmosphère dans laquelle je me plonge à chaque fois avec délectation, des compositions d’une qualité hors-norme, un parfait équilibre… je pourrais continuer comme ça longtemps en multipliant superlatifs et hyperboles. Aucun titre n’est faible et même mieux, tous frôlent la perfection. Je vais éviter de citer les qualités de chaque morceau, autant que vous découvriez par vous-même ce travail d’orfèvre.

Alors vous pourrez cracher sur la voix de John Haughm, je vous répondrai que, loin de représenter la maîtrise la plus parfaite, elle colle parfaitement à l’ambiance globale de la musique proposée par Agalloch. Vous pouvez aussi vomir sur « The Misshapen Steed » en disant que c’est du remplissage, je vous rétorquerai que c’est sans doute un des morceaux qui me permet le plus de m’évader et que l’incursion dans le territoire du dark folk est parfaitement gérée (sur ce titre ou dans d’autres où l’on retrouve cette influence). Vous pouvez aussi dénigrer la fin de « Dead Winter Days » (putain, mais quel titre !) en affirmant que ce foutu piano n’a rien à foutre là. Je vous dirai alors que c’est exactement le genre de choses qui font la force et la cohérence de cet album, que ce passage dessine un lien parfait entre « Dead Winter Days » et « As Embers Dress the Sky », et qu’enfin vous feriez mieux d’écouter l’album entier et de voir la façon dont les titres s’enchaînent (même si tous sont excellents individuellement) que de vous concentrer sur un seul morceau, vous verrez que Pale Folklore prend encore plus d’ampleur par cette harmonie et la création de liens.

Breath of the Wild

Ou bien, vous pouvez accepter mon postulat que rien dans cet album (de plus d’une heure, tout de même) n’est superflu, que tout y a sa place. Même si ce n’est selon moi pas l’album le plus abouti et le plus travaillé du groupe, c’est celui qui garde ma préférence par son côté moins « massif » qu’un opus comme Ashes Against the Grain (plus qu’excellent par ailleurs, cela va sans dire). Sans aller jusqu’à dire qu’il possède une certaine légèreté (l’influence doom est quand même très présente, une certaine lourdeur se dégage de l’ensemble des compositions), il est plus aéré, plus spontané peut-être, tout en conservant un travail très poussé sur les compositions. S’il est assez facile à apprivoiser et relativement accessible, Pale Folklore continuera de vous dévoiler des richesses sans cesse renouvelées les années passant. Après la sortie de cette première offrande, Agalloch entre d’emblée dans le monde des grands, des très grands même, du monde du metal.

Au final, on en revient au même point que si je n’avais pas tant développé. Un chef d’œuvre, je vous dis. Il ne vous reste plus qu’à vous en rendre compte. Alors qu’est ce que vous foutez encore là ?

Amoureux de la culture au sens large, je tente de pratiquer à la fois approfondissement et élargissement, sans que jamais ce ne soit sale. Né la même année que la chute de mur de Berlin (coïncidence ? pas sûr…), j’ai été bercé par Picsou Magazine, les Tortues Ninja, les Minikeums, Pokémon ou encore Final Fantasy VII. J’ai tendance à écrire et parler plus que nécessaire, je vais donc me contenter d’ajouter que je suis aussi professeur des écoles.

Étiquettes : , , ,

Leave a Comments