Last Vegas

Le senior, ce spectateur qui rapporte

Réalisateur : Jon Turteltaub

Avec : Michael Douglas, Robert De Niro, Morgan Freeman…

Genre : Comédie retraitée

Durée : 105 minutes

Sortie française : 2013

Synopsis

Billy, Paddy, Archie et Sam sont les meilleurs amis du monde depuis… plus d’une soixantaine d’années. Quand Billy, le dernier célibataire de la bande, se décide enfin à demander sa petite amie, d’à peine trente ans (bien évidemment !), en mariage, nos quatre über-seniors prennent la direction de Las Vegas avec la ferme intention de ne rien céder au poids des années et d’enterrer la vie de ce garçon (Qui a dit « vieux » ?) dans les règles de l’art. À leur arrivée sur le Strip, force est de constater que le divertissement de masse a pris le pas sur le temple du cool. Mais le Cirque du Soleil peut bien avoir délogé le Rat Pack, notre quatuor est plus que jamais résolu à faire revivre ses heures de gloire à celle qu’on appelle encore la ville de tous les vices.

Critique

Retour d’Espagne en avion. A l’aller, diffusion de La Vie rêvée de Walter Mitty, film dans ma « watchlist ». Seulement je bouquinais, et du coup je m’en suis rendu compte alors que le film était déjà bien avancé, donc j’ai continué ma lecture plutôt que de prendre en cours de route. Retour dix jours plus tard, cette fois, je ne raterai pas le film, me dis-je, peut-être même que ce sera le même. Bon, finalement non, c’est Last Vegas, au nom qui sonne la blague pourrie.

Et bingo, je me le suis farci jusqu’au bout mais pour le coup j’aurais préféré me rendre compte qu’il avait commencé en pleine moitié et lire quelque chose d’intéressant. Quoique pour le coup, même en prenant en plein milieu, l’effet aurait été le même et je n’aurais rien raté. Malgré le raté Benjamin Gates, j’avais tout de même une forme d’affection pour Turteltaub et son Rasta Rockett. Le casting, lui-aussi, avait un potentiel dans l’autodérision et un regard vaguement nostalgique des acteurs vieillissants sur eux-mêmes. Il fallait bien s’appuyer sur quelque chose, car le scénario, lui, est inexistant, le film ne visant que le « feeling ». Les films type Projet X ou Very Bad Trip ont bien fonctionné sur un plan commercial. La population occidentale est vieillissante. Quelques acteurs cultes aussi. Pourquoi ne pas faire un clin d’œil à ces seniors en les représentant à l’écran comme s’échappant de leur âge pour un temps avant d’y être rappelés par la force des choses ?

Et si on trinquait à toute la thune qu'on va prendre avec ce film pourri ?

Sénile, c’est nul

De cette idée banale mais sans doute exploitable, le film ne sort absolument rien. Les acteurs font le job, certes, mais manquent de cette forme d’ironie mentionnée plus haut, ils restent trop premier degré, se parodiant sans l’assumer pleinement. Si, il y a une référence amusante, quand Paddy (De Niro) passe pour le larbin des sexagénaires se prétendant mafieux. On sent une volonté de voguer entre comédie et sentimentalisme particulièrement lourdaud sur l’amitié masculine qui traverse les décennies, qui s’étiole parfois avec le temps et la distance, mais demeure forte par les retrouvailles. Échec du côté de la comédie, pas une seule fois le film ne m’a arraché un sourire, tant tout est prévisible, de mauvais goût, mal écrit. Bon, c’est peut-être moi, vu que certains voisins étaient réellement écroulés. Moi aussi, mais pas de rire. Le côté sentimentaliste est lui aussi outrancier et sans aucune originalité, surjoué, survendu, surécrit.

Un film inoffensif, convenu, mais qui ne m’a procuré que de l’ennui. Même les acteurs ne semblent pas y croire une seconde et semblent me le confirmer. J’ai arrêté de m’énerver face au succès de telles productions qui éloignent le spectateur de choses plus intéressantes.

Amoureux de la culture au sens large, je tente de pratiquer à la fois approfondissement et élargissement, sans que jamais ce ne soit sale. Né la même année que la chute de mur de Berlin (coïncidence ? pas sûr…), j’ai été bercé par Picsou Magazine, les Tortues Ninja, les Minikeums, Pokémon ou encore Final Fantasy VII. J’ai tendance à écrire et parler plus que nécessaire, je vais donc me contenter d’ajouter que je suis aussi professeur des écoles.
Étiquettes : ,

Leave a Comments