L’album de la semaine (ADS) est un disque dont je vous conseille l’écoute, que vous pouvez réaliser ici comme ailleurs. Cela s’accompagne d’une brève description et du pourquoi de la recommandation. Je laisse la playlist du lundi au dimanche avant d’archiver le tout sur une liste SensCritique pour ceux qui auraient raté le coche et qui sera mise à jour de manière hebdomadaire.

Voir aussi : le film de la semaine.

Cette semaine, voyage vers la Hongrie ! Le groupe, c’est Thy Catafalque, l’album, Róka Hasa Rádió, sorti en 2009. Assez long, il est assez délicat de la ranger dans une case, même si le groupe est en général rattaché au metal d’avant-garde.

Il y a bien du metal dans ce disque, du chant black, mais surtout il y a plein d’autres choses, qui en font un album bien plus intéressant que la moyenne. Le chant hongrois en fait définitivement partie, apportant un cachet qui correspond avec les parties les plus folk de l’album, pas forcément les plus réussies cela dit. Róka Hasa Rádió n’est pas forcément facile, à la fois par la multiplicité des genres abordés et pas son son, tour à tour corrosif et plus aéré, mais en tout cas assez dense. Souvent, on part vers une ambiance apocalyptique portée par des rythmiques à la limite de l’indus’, et avec un bon nombre de passages et de touches teintés d’électronique, l’aspect peut-être le plus percutant et réussi de l’album.

Si l’album est long, il ne compte pourtant que 9 titres, vous comprendrez donc que ce sont ces derniers qui sont d’une durée supérieure à la normale. C’est surtout vrai pour les deux d’ouverture, avec « Molekuláris gépezetek » qui culmine à pas loin de 20 minutes de sans-faute qui représentent bien la variété qui habite Róka Hasa Rádió. Il reste leur meilleur album à ce jour (je n’ai pas écouté Sgùrr ni Meta), et une curiosité à découvrir.

Bonne écoute !